Make your own free website on Tripod.com

SANTE/SCIENCES/EU/


 Cherche désespérément (femmes) volontaires pour tester "orgasmatron"
 
 
   
PARIS 27/11 (AFP) = Une équipe de médecins américains est à la
 recherche de volontaires féminines pour tester un "orgasmatron", un
 implant électronique destiné à délivrer instantanément et sur
 commande l'orgasme, rapporte l'hebdomadaire New Scientist à paraître
 samedi.


    Cette "découverte" a été faite un peu par hasard il y a deux ans
 par un chirurgien-anesthésiste américain, Stuart Meloy, spécialiste
 de la douleur à Winston-Salem, en Caroline du Nord (Etats-Unis),  lors
 d'une intervention de routine.


    L'idée lui est venue au cours d'une opération alors qu'il posait
 des électrodes au niveau de la moelle épinière d'une patiente afin  de
 soulager ses douleurs. La patiente, qui était consciente afin de  le
 guider pour trouver l'emplacement de pose des électrodes, a  trouvé un
 plaisir pour le moins inattendu qui a incité le chirurgien  à explorer
 -scientifiquement- cette piste.


    Le chirurgien a maintenant le feu vert des autorités sanitaires
 américaines (Food and drug administration - FDA) pour tester en
 grandeur nature le dispositif qu'il a mis au point, d'un coût
 d'environ 13.000 dollars.


    Dans une première phase, des fils reliés à une batterie sont
 implantés dans la colonne vertébrale de la patiente, une  intervention
 qui ne présente pas plus de risques qu'une péridurale,  selon le
 médecin.


    Dans un deuxième temps, un petit boitier de la taille d'un
 régulateur cardiaque est placé sous la peau et peut être activé par
 télécommande.


    Jusqu'à présent, une seule volontaire a testé la première phase
 et une deuxième est sur le point de le faire, alors qu'il en
 faudrait dix au total, précise la revue britannique. "Je pensais
 qu'on se battrait pour effectuer ces tests", a confié le chirurgien,
 un peu déçu devant le peu d'enthousiasme que suscite sa découverte.


    La démarche du chirurgien américain, destinée essentiellement à
 venir en aide aux femmes souffrant de difficultés à atteindre
 l'orgasme, est très critiquée par certains sexologues, qui
 soulignent que ce type de dysfonctionnement est dû principalement à
 des causes psychologiques et préfèrent le recours à des stimulations
 extérieures non invasives./.MJN
 
 ./.
 
 
271235 NOV 03

 

Implant électronique pour orgasme instantané (2001)

 

Woody Allen avait déjà imaginé dans un de ses films "Woody et les robots"(Sleeper), une machine dénommée "orgasmatron" délivrant des orgasmes à la demande, en appuyant sur un bouton. C'est désormais chose faite. Stuart Meloy, un chirurgien anesthésiste de Caroline du nord (Etats-Unis) vient de breveter un implant électronique destiné à délivrer des orgasmes instantanés aux femmes, sans les "aléas" du sexe. L'idée lui est venue au cours d'une opération alors qu'il posait des électrodes au niveau de la moelle épinière d'une patiente afin de soulager  ses douleurs. Cette dernière qui était consciente, afin de le guider pour trouver l'emplacement de pose de ces électrodes, s'était soudain mise à s'exclamer avec enthousiasme. Intrigué, l'homme de l'art lui avait demandé ce qu'il se passait. "Vous aller devoir apprendre ça à mon mari", lui avait-t'elle répondu.

D'après le chirurgien, ce stimulateur d'orgasmes pour femme souffrant de difficultés à atteindre l'orgasme, comprendrait des fils de stimulation reliés à un générateur de signal, "plus petit qu'un paquet de cigarette", implanté sous la peau, et une télécommande permettant de le déclencher.

Le Dr Meloy envisage toutefois de programmer le système afin d'en limiter l'usage. Mais il admet ne pas savoir s'il faudra le programmer pour un orgasme quotidien ou quatre par semaines... bien sur, il faudra implanter le stimulateur, mais le chirurgien estime que ce n'est pas un obstacle en soi, compte tenu du nombre de femmes qui se soumettent à des opérations douloureuses pour grossir leur poitrine par exemple... Un vrai marché porteur pour le chirurgien, puisqu'après les femmes, le Dr Meloy prévoit de tester son prototype sur les hommes... Il n'y aurait aucune raison que l'implant électronique ne marche pas de la même façon chez eux.

 

L’orgasme sur simple déclic

Destiné à l’origine au traitement d’une douleur dorsale, un implant électronique s’est révélé avoir des vertus inattendues. Une stimulation par cette électrode suffit en effet à déclencher un orgasme instantané aux femmes. Brevetée par un chirurgien américain, cette découverte pourrait constituer une solution pour les femmes souffrant d’anorgasmie.

Comme dans "Le déclic", la célèbre bande-dessinée de Milo Manara, un implant pourrait bientôt délivrer des orgasmes aux femmes, sans pour cela avoir recours à des ébats sexuels. Cette découverte fortuite pourrait représenter une solution pour les femmes souffrant de troubles du plaisir.

Quand l’orgasme a bon dos

Chirurgien américain spécialiste de la douleur, Stuart Meloy eut l’idée d’un tel implant alors qu’il effectuait une opération de routine de traitement de la douleur. Sur le même principe que les pacemakers, les implants de ces électrodes au niveau de la moelle épinière sont destinés à modifier l’influx douloureux passant le long des nerfs. Pendant l’opération, la patiente reste consciente afin d’aider le chirurgien à déterminer la meilleure localisation de l’implantation. Durant cette phase délicate destinée à calmer les douleurs chroniques du dos, une des patientes s’est mise à s’exclamer avec enthousiasme. Intrigué par cette réaction, l’expert lui demanda ce qui se passait. "Vous allez devoir apprendre cela à mon mari !" lui a-t-elle répondu.

Publiée dans la revue "The New Scientist", cette découverte pourrait offrir de nouvelles perspectives thérapeutiques pour les femmes ayant des difficultés à atteindre l’orgasme.

L’orgasmatron grand comme un paquet de cigarettes

Selon ce nouvel aventurier du septième ciel, ce stimulateur pour dames pourrait comporter des fils-stimulateurs qui seraient connectés à un mini-générateur, plus petit qu’un paquet de cigarettes, placé sous la peau au niveau des fesses. Le tout pourrait être déclenché via une télécommande.

Principe de fonctionnement de l'implant

Propriétaire du brevet depuis le 2 janvier, Stuart Meloy déclare réfléchir actuellement à un protocole d’étude et à la recherche de fonds pour le mettre en œuvre.

Le stimulateur à l’origine de cette première observation a été conçu par Medtronic, une société basée à Minneapolis (Etats-Unis). Spécialiste des stimulateurs implantables, cette société possède différentes solutions thérapeutiques des troubles cardiaques et neurologiques comme la douleur. Jusqu’à présent, le degré d’investissement de cette compagnie dans la poursuite du projet apparaît encore incertain, contrairement à l’engouement des médias qui ont bombardé Stuart Meloy de dizaines d’interviews.

Un véritable marché

Meloy estime qu’un tel équipement pourrait aider les couples souffrant d’anorgasmie. Il s’empresse également d’ajouter que l’utilisation d’une telle télécommande devrait pouvoir être limitée bien qu’il ne s’estime pas compétent pour trancher entre un orgasme quotidien ou quatre par semaines... Les éventuelles réticences à une telle chirurgie invasive ne semble pas l’inquiéter, nombre de jeunes femmes recourant déjà à la chirurgie pour une augmentation ou une réduction du volume des seins parfois inutile… Selon certaines études*, les dysfonctionnements sexuels chez la femme ne sont pas rares et parmi les plus cités, on trouve le manque de désir et l’incapacité à atteindre un orgasme. Loin de limiter à priori son invention au sexe faible, Meloy envisage également de tester son prototype chez les hommes.

Selon lui, les perspectives économiques d’un tel produit pourraient ainsi être très importantes. Il souligne néanmoins que le recours à une telle opération ne pourrait être envisagé que pour restaurer une fonction sexuelle déficiente et non pour permettre une super-stimulation grâce à une zapette du désir. L’orgasmatron, machine à délivrer des orgasmes sur commande imaginée par Woody Allen dans "Woody et les robots" ne sera pas très prochainement en vente. Il faudra donc trouver d’autres cadeaux pour faire plaisir…

David Bême

* Harv Mens Health Watch. 2001 Jan;5(6) : 7
Expert Opin Investig Drugs 2001 Jan ;10(1) : 85-95